Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/373

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
367
MÉMOIRES D’UN TOURISTE

Ne nous étonnons donc point de ne trouver que dans Bentham les choses que nous cherchons dans Montesquieu. Bentham seul a pu dire : « On ne mérite l’indépendance que lorsqu’on sait la conquérir[1]. »


FIN DE LA DEUXIÈME SÉRIE.
  1. Ici s’arrête la partie du manuscrit à laquelle l’auteur semble avoir mis la dernière main. Le fragment sur Bordeaux est le commencement d’un long article sur cette ville ; malheureusement la suite est restée à l’état de simple ébauche. (R. C.)