Page:Stendhal - Mémoires d’un touriste, III, 1929, éd. Martineau.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ne nous étonnons donc point de ne trouver que dans Bentham les choses que nous cherchons dans Montesquieu. Bentham seul a pu dire. « On ne mérite l’indépendance que lorsqu’on sait la conquérir [1]


Bordeaux, le...

L’esprit public commence à naître en France à la vérité sa présence se trahit d’abord par les symptômes les plus grossiers.

Nous sommes donc des parias, s’écrie le Midi, avec amertume. Rien de ce qui est proposé en notre faveur ne peut passer à la chambre des députés toutes les faveurs du gouvernement sont pour le Nord. Cette rancune de la province contre Paris a paru dans les délibérations des Conseils Généraux et jusque dans les élections municipales.

  1. Ici s’arrête la partie du manuscrit à laquelle l’auteur semble avoir mis la dernière main. Le fragment sur Bordeaux est le commencement d’un long article sur cette ville ; malheureusement la suite est restée l’état de simple ébauche. (Note de Romain Colomb).

    Quelques feuillets de cette ébauche ayant été conservés à la bibliothèque de Grenoble, aux tomes 6 et 8 des volumes cotés R. 5896, le lecteur les trouvera. ici avec, à la suite, quelques autres fragments inédits que, parleur sujet, il nous aurait été difficile de placer avec certitude dans le cours de cet ouvrage. N. D. L. E