Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
IMPRESSIONS

tisme lui est inconnu, et, s’il est contraint, parfois, d’employer un ton dogmatique pour exprimer certaines vérités morales, son ingéniosité parvient toujours à éviter le ton grave. Il est malicieux toujours, et, s’il est aussi amusant, c’est qu’il est lui-même très amusé. La vie lui apparaît comme un spectacle infiniment curieux à travers lequel il passe et repasse, ne se lassant point d’en examiner et d’en redire les mille aspects, ne se lassant ni de voir ni de sentir, nous communiquant à nous-même sa curiosité trépidante et aigüe.

Et vous apercevez qu’en fin de compte ce qui nous charme le plus, ce sont moins les vérités morales qu’il énonce, que la forme même, le ton avec lequel il les énonce. Ce sera toujours le propre des esprits comme le sien qui se livrent tout entiers dans leurs moindres écrits de dominer leur œuvre de toute leur propre personne. Inconsciemment nous les cherchons derrière leurs personnages comme nous les guettons derrière leurs aphorismes. Et si nous aimons parfois ces personnages à la folie, si nous goûtons