Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
24
PENSÉES



Quelle duperie de parler de ce qu’on aime ! Que peut-on gagner ? Le plaisir d’être ému soi-même un instant par le reflet de l’émotion des autres. Mais un sot, piqué de vous voir parler tout seul, peut inventer un mot plaisant qui vient salir vos souvenirs. De là peut-être cette pudeur de la vraie passion que les âmes communes oublient d’imiter quand elles jouent la passion.

Le sabre tue l’esprit.

Suivant moi, la liberté détruit en moins de cent ans le sentiment des arts.

Aujourd’hui rien n’est plus malheureux pour une religion ou pour un système que d’être protégé par le gendarme.

Voulez-vous avoir de l’esprit (apprenez tous les esprits appris, pratiquez-les pour avoir le droit de les mépriser)