Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE FÉMINISTE



Une femme de trente ans, en France n’a pas les connaissances acquises d’un petit garçon de quinze ans ; une femme de cinquante, la raison d’un homme de vingt-cinq.

Si nous l’osions, nous donnerions aux jeunes filles une éducation d’esclave, la preuve en est qu’elles ne savent d’utile que ce que nous ne voulons pas leur apprendre.

Je soutiens qu’on doit parler de l’amour à des jeunes filles bien élevées,