Page:Stendhal - Pensées et Impressions, 1905, éd. Bertaut.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
40
PENSÉES

traite, car l’âme se rassasie de tout ce qui est uniforme, même du bonheur parfait.

Les âmes très tendres ont besoin de la facilité chez une femme pour encourager la cristallisation.

Le moment le plus déchirant de l’amour jeune encore est celui où il s’aperçoit qu’il a fait un faux raisonnement et qu’il faut détruire tout un pan de cristallisation. On entre en doute de la cristallisation elle-même.

Dans le cas d’amour empêché par victoire trop prompte, j’ai vu la cristallisation chez les caractères tendres chercher à se former après. Elle dit en riant : « Non, je ne t’aime pas. »

L’amour est comme la fièvre, il naît et s’éteint sans que la volonté y ait la moindre part.