Page:Stendhal - Promenades dans Rome, II, Lévy, 1853.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PROMENADES DANS ROME. 8S

pour ma Bubsislance, ei j’ai aimé le beau. » Gomme mesdames Tambroai et Lampugnani Ten priaient vivement, il cou* tinua à nous conter sa vie, année par année, avec cette sim^ pliciié parfaite qui était le trait frappant de ce caractère virgilien. Jamais Ganova ne songeait aux intrigues du monde que pour les craindre ; c*était un ouvrier, simple d’esprit, qui avait reçu du ciel une belle âme et du gé^ie. Dans les salons, il cherchait les beaux traits et les regardait avec passion. A viugt-cinq ans, il avait le bonheur de ne pas savoir Forthogra» pbe ; aussi à cinquante ans refusait-il la croix de la Légion d’honneur parce qu’il y avait un serment à prêter. A Tépoque de son second voyage à Paris (1811), il refusa de Napoléon un logement immense : on le lui offrait où il voudrait, près ou loin de Paris, à Fontainebleau, par exemple, ainsi qu’un traitement de cinquante mille francs et vingt-quatre mille francs pour chaque statue qu’il ferait pour l’empereur. Ganova, après avoir refusé cette existence superbe et des honneurs qui Tauraient proclamé aux yeux de l’univers le premier des seul-pteurs vivants, revint à Rome habiter son troisième étage. Il eût vu son génie se refroidir s’il se fût fixé dans cette France, la lumière du monde, occupée alors de victoires et d’ambition comme elle l’est aujourd’hui d’industrie et de discussions politiques. Il a été donné aux Français de comprendre les arts avec une finesse et un esprit infinis ; mais, jusqu’ici, ils n’ont pas pu s’élever jusqu’à les sentir, La preuve de cette hérésie serait ennuyeuse à établir pour la peinture et la sculpture ; mais, si vous êtes de bonne foi, voyez le malaise physique dont on se laisse affliger partout à Paris, et par exemple dans les divers théâtres. Pour éprouver l’effet des arts, il faut qu’un corps soit à son aise. Voyez le silence morne et complet aux premières représentations des Bouffes ; la vanité n’ose parler, de peur de se compromettre. A une première représen-