Page:Stendhal - Romans et Nouvelles, I, 1928, éd. Martineau.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
ROMANS ET NOUVELLES


ivre de joie. Mina lui apprit par quelques paroles brèves et distraites qu'elle était fatiguée et ne danserait plus. Dans ce moment le général disait beaucoup de mal de la société française composée d'êtres secs chez lesquels le plaisir dé montrer de l'ironie étouffe le bonheur d'avoir de l'enthousiasme et qui ont bien osé faire une bouffonnerie du sublime roman de Werther, le chef-d'œuvre allemand du XVIIIe siècle. En prononçant ces paroles le général relevait la tête fièrement. « Ces Français, ajoutait-il, ne sortent jamais d'une ironie dégradante pour un homme d'honneur. Ces gens-là ne sont pas nés pour les beaux sentiments qui électrisent l'âme, par exemple dès qu'ils parlent de notre Allemagne c'est pour la gâter. Toute supériorité au lieu d'exalter leur âme par la sympathie les irrite par sa présence intuitive. Enfin imaginez-vous que parmi eux un officier qui par sa naissance est comte ne peut pas placer ce titre avant sa signature officielle tant qu'il n'est pas colonel ! Peuple de Jacobins ! »

— « Ainsi parmi ces êtres sanguinaires on se moque de tout ! », s'écria le second valseur de Mina qui avait pris la liberté de rester à deux pas d'elle. Le général le regarda, il ne savait pas trop si cette remar-