Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


va l’ouvrage du jeune officier, lui conseilla de l’imprimer, et ajouta que ce livre resterait. On ajoute que Napoléon donna à son travail la forme d’un mémoire pour le gouvernement ; ce mémoire fut présenté et est probablement perdu pour toujours (1790).

La Révolution commençait ; on détruisit Saint-Cyr. Napoléon alla chercher sa sœur pour la ramener en Corse ; comme ils passaient sur le quai de Toulon, ils furent sur le point d’être jetés à la mer par la populace qui les poursuivait avec les cris de : « À bas les aristocrates ! À bas la cocarde noire ! » Napoléon s’apercevant que c’était un ruban noir au chapeau de sa sœur que ces dignes patriotes prenaient pour une cocarde noire s’arrêta, détacha le ruban et le jeta par-dessus le parapet. En 1791, il fut nommé capitaine en second au quatrième régiment d’artillerie. L’hiver de la même année, il repassa en Corse et y forma un régiment de volontaires dont on lui permit de prendre le commandement sans renoncer à sa place de capitaine. Il eut occasion de montrer du sang-froid et du courage dans une rixe qui s’éleva entre son régiment et la garde nationale d’Ajaccio ; il y eut quelques hommes de tués et beaucoup de trouble dans la ville. La France déclara la guerre au roi de Sardaigne ; le