Page:Stendhal - Vie de Napoléon.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dont le plus âgé n’avait que vingt ans et deux ans de service, mettre en désordre et en fuite un convoi de cinq cents Français, et cela dans la campagne de Saxe en 1813[1]. Ils n’auraient rien fait contre l’armée républicaine de Marengo. Mais comme une telle armée ne se retrouvera plus, le souverain qui est maître des cosaques est le maître du monde[2].

  1. Près de Gorlitz, à vingt pas de la maison où venait d’expirer le duc de Frioul.
  2. Voir le voyage à Vienne en 1800 par M. Cadet-Gassicourt. Ce n’est pas une plume vendue.

    Ceci est la liaison des chapitres du Conseil d’État et de la Cour avec le cours des événements.