Page:Stendhal - Vie de Rossini, Lévy, 1854.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelque morceau d’ensemble où la fatale protégée de M. Barbaja et du roi ne fît pas entendre sa superbe voix en décadence. Pendant la durée éphémère du gouvernement constitutionnel de 1821, mademoiselle Colbrand n’a osé reparaître sur la scène qu’en se faisant précéder par les plus humbles excuses ; et le public, pour lui faire pièce, s’est amusé à faire une réputation à mademoiselle Chaumel qui, à Naples, s’appelle Comelli, et qu’on savait sa rivale de toute manière.