Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




« L’apologue, comme la comédie, porte sur des généralités : celui-là serait calomniateur qui transformerait en satire personnelle les traits de satire générale dont j’ai cru pouvoir assaisonner mes fables. »

Arnault.