Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


XXXV.

LA GUENON ET SON PETIT.


Un jour le maître du tonnerre
Au pied de son tribunal
De la création entière
Convoqua chaque animal.
— Il voulait voir la créature
Qui parmi toute la nature
Avait le plus bel enfant. —
Tous arrivent à l’instant.
Mais la guenon vint la dernière
Tenant embrassé son petit.
Quand elle entra, chacun sourit,
Puis partit d’un rire d’Homère :
« Ah vous riez, mes envieux !
« Mais riez donc,… J’en suis bien aise,
« Leur dit en roulant de gros yeux
« Dame Guenon. Aux Dieux ne plaise
« Que je m’en fâche aucunement !…
« Jupiter, le juste arbitre,
« Saura préférer mon enfant,
« Et cela pour plus d’un titre…
« Qu’ont-ils de beau vos marmots
« Dites, mesdames les rieuses ?…
« Ils sont tous vilains, tous sots…
« Leurs formes sont disgracieuses,
« Voilà !… Mais mon nourrisson