Page:Stevens - Fables, 1857.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
92

« Moi, tout petit ciron, peut-être vas-tu dire ?…
« Notre corps n’est pas gros à nous autres fourmis ;
          « Mais as-tu vu dans la nature
          « Une plus mince créature
          « Jouissant de membres mieux pris
          « Et surtout si bien assortis ?…
« Partout je vais, je cours, lestement et sans gène ;
          « Rien ne m’arrête, et s’il me plaît,
          « Je puis, des racines d’un chêne
          « M’élever jusqu’à son sommet.
          « Mais c’est assez de babillage :
          « Adieu ! mon petit malheureux,
          « Je m’en retourne à mon ouvrage !…,
Le ver qui méprisait ce langage orgueilleux
          Ne répondit rien à l’outrage.
Deux ou trois jours après la fourmi repassa
À l’endroit même où là pauvre chenille
          Enveloppée en sa coquille
Avait l’air d’un cadavre. Ô prodige ! voilà
          Que tout-à-coup la coque se brisa,
Et devant la fourmi saisie, épouvantée,
          Surgit un coquet papillon,
          À l’aile brillante, argentée.
— « Eh bien dit-il alors, insolent bestion !
          « Fourmi sotte et présomptueuse !
« Regarde-moi, voyons, reconnais-tu mes traits ?…
« Ai-je, ou non, plus que toi tournure gracieuse ?
          « Pourrais-tu me suivre jamais,
          « Toi si rapide et si légère ?…