Page:Stretser - Description de la Forêt noire, 1770.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


AVIS DE L’ÉDITEUR.



CE siècle est certainement celui des sciences et des arts, malgré tout ce qu’en disent des détracteurs de mauvaise humeur, dont quelques-uns font eux-mêmes preuve contre ce qu’ils voudroient persuader. Depuis cent ans, les connoissances de toute espèce se sont considérablement multipliées et répandues. Tout le monde parle à présent au moins deux ou trois langues, lit beaucoup, écrit quelquefois, fait de la prose passable, même quelques petits vers, fait un peu de musique, de physique, d’histoire et de géographie,

Cette dernière science nous paroît sur-tout d’une grande utilité, aujourd’hui que toutes les parties