Page:Stretser - Description de la Forêt noire, 1770.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(41)

CHAPITRE VI.
Des productions comme poissons, oiseaux, quadrupedes, plantes, etc.

Quoique le Merryland soit arrosé par une belle rivière, il est néanmoins peu abondant en poisson. Cependant lorsqu’un étranger y entre pour la première fois, il s’imaginerait à l’odeur qui le frappe, qu’il y aurait de la morrue séche ou du hareng-soret, ou encore mieux des écrévisses, à peu près comme la rivière de Tyssa en Hongrie, dont l’eau sent le poisson qu’on y pêche. Cette odeur au Merryland est quelquefois si forte, qu’elle en devient désagréable, sur-tout à la marée montante, mais on n’y voit pas pour cela plus de poissons. Il s’y trouve souvent des espèces de Crabes en abondance. Je n’ai jamais entendu dire qu’il y eût d’autre