Page:Sue - La Bonne aventure, Tome 3, 1851.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


vient demeurer dans notre maison et se fixer auprès de nous.

— Ah bah : — fil Joseph. — Voyez-vous le sournois ! Hier il a dîné avec nous et il ne nous en a pas soufflé mot, u’est-ce pas. Maria ?

— Non, — répondit la jeune femme, — et ce n'est pas gentil de sa part.

— Je vais défendre M. Ducormier, — reprit Héloïse. — C’est qu’hier, il n’avait pas encore pris la résolution dont vous parle M. Bonaquet.

— Mais alors,— reprit Joseph, — comment s’arrangera-t-il avec son ambassadeur? Anatole ne retournera donc pas à Londres ?

— Non, mon cher Joseph ; il abandonne