Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 5.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— si vous m’en croyez, vous ne laisserez point parler cette femme diabolique ; sa langue est plus venimeuse que celle d’un aspic…

— Non, non ; je veux d’abord la torturer dans son orgueil, je veux la rendre l’horreur et la risée de cette populace !

Pendant ces quelques mots, échangés entre le prélat et le roi, Brunehaut avait continué d’une voix de plus en plus retentissante en se tournant vers la foule des guerriers :

— Et le peuple stupide ! le peuple hébété nous respecte… nous craint, nous autres de race royale, qui nous traitons si royalement entre nous… C’est pourtant une face royale et couronnée que ma figure meurtrie à coups de poing, comme celle d’une vile esclave ! Tenez, guerriers, la mère de votre roi que voilà, devait me ressembler lorsqu’elle avait été battue par quelque goujat, son amant ! vous savez, Frédégonde… cette infâme créature, prostituée à tous les valets du palais de Chilpérik, avant d’être la concubine, puis l’épouse de ce glorieux roi, lorsqu’il eut, de ses propres mains, étranglé ma sœur Galeswinthe !…

— Oses-tu parler de prostitution, vieille louve blanchie dans la débauche ! — s’écria Clotaire d’une voix non moins retentissante que celle de Brunehaut, — toi qui, rebutante et ridée, ne pouvais avoir d’amants qu’en les payant avec les fonctions du palais…

— Et ta mère Frédégonde ! la chaste femme !… avec sa cour de jeunes pages qui, tout chauds de ses baisers lubriques, ont poignardé mon mari Sigebert et mon fils Childebert !…

— Et toi, vieille chienne altérée de carnage ! tu irais dans ta soif de meurtre lécher le sang corrompu des charniers !… N’as-tu pas fait égorger Lupence, évêque de Saint-Privat, par le comte Gabale, un de tes amants !…

— Que veux-tu… je suis un monstre, moi ! un monstre couronné ! c’est tout dire, entendez-vous, guerriers ! apprenez en un jour à juger vos rois ! Mais, écoute, Clotaire ; évêque pour évêque, ta mère Frédégonde n’a-t-elle pas fait poignarder Prétextat dans sa basilique