Page:Sue - Martin l'enfant trouvé, vol. 3-4.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas ; le vol est un crime infâme, il faut que justice soit faite… Mais, à ton âge… malheureux enfant… tout n’est pas encore désespéré,… et tout espoir serait à jamais perdu, si l’on te mettait en prison ;… tu y resterais jusqu’à dix-huit ans, et tu sortirais de là criminel endurci… incurable…

— Alors, Monsieur, mon bon Monsieur… laissez-moi m’en aller, — m’écriai-je les mains jointes, voyant luire un rayon d’espoir. — Oh ! je vous en supplie, laissez-moi partir… ce soir.

— Et où irais-tu ?

— Je tâcherais de rejoindre mes compagnons.

— Et si tu parvenais à les rejoindre, que ferais-tu ?

— Je resterais avec eux.

— Pour voler encore ?

— Oh ! non… pas toujours…

— Comment ! pas toujours ?…

— Nous ne volions… que lorsque nous ne pouvions faire autrement.

— Tu comprends donc… qu’il aurait mieux valu ne pas voler ?…

— Dam !… on ne risque pas d’être arrêté… et puis…

— Et puis ?…

— On dit que ce n’est pas bien de voler… mais quand on a faim… il faut manger.

— Puisque vous ne voliez pas toujours, comment viviez-vous le reste du temps ?

— Nous demandions l’aumône… et d’autres fois… Basquine chantait dans les cabarets, — répondis-je étourdiment.