Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
70
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

savoir : une lieue et demie au sud, depuis l’habitation de Louis Gaulin en descendant au bout de l’île, et une lieue et demie au nord en remontant jusque et y compris l’habitation de Charles Guérard ; la nouvelle église sera au même lieu que l’ancienne.

Saint-Jean-Baptiste, île d’Orléans, côté du sud : — deux lieues et un quart à prendre, en bas, depuis et compris l’habitation d’André Terrien en remontant jusqu’à la rivière Maheu.

Saint-Laurent, île d’Orléans : — deux lieues et un quart depuis la rivière Maheu en remontant, le long du chenal du sud, jusque et y compris l’habitation de Pierre Gosselin.

La Sainte-Famille, île d’Orléans, côté du nord : — deux lieues et demie depuis et y compris la terre de Charles Guérard en remontant à la rivière du Pot-au-Beurre.

Saint-Pierre et Saint-Paul, île d’Orléans, chenal du nord : — deux lieues et demie depuis la rivière du Pot-au-Beurre en remontant au bout de l’île Notre-Dame de la Miséricorde de Beauport : — une lieue de front depuis le saut Montmorency en remontant jusqu’à la rivière de Beauport, et de plus une demie lieue de front ou environ dans la seigneurie de Notre-Dame des Anges, le long de la baie de la rivière Saint-Charles, à prendre depuis la rivière de Beauport jusque et compris l’habitation de Jacques Huppé dit Lagrois qui joint le grand chemin du Bourg-Royal à la grève.

Saint-Charles Baromée de Charlebourg, seigneurie de Notre-Dame des Anges : — trois lieues et dix-huit arpents de front environ, à prendre du côté d’en bas, au bout de la profondeur des habitations qui sont le long de la baie de la rivière Saint-Charles et de la paroisse de Québec, depuis le grand chemin du Bourg-Royal à la grève, en remontant le long du bout des profondeurs des habitants établis sur le bord de la rivière de Saint-Charles, qui sont de la paroisse de Québec, et le long des profondeurs des habitants qui sont de la paroisse de la Vieille-Lorette, jusqu’au fief de Gaudarville, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes, lesquelles étendues et profondeurs comprennent les villages suivants, savoir : le petit Village, le Gros-Pin, Saint-Jérôme dit l’Auvergne, Bourg-Royal, Bourg-la-Reine, Charlebourg, Saint-Claude, Saint-Pierre, Saint-Joseph, Saint-Bonaventure, Saint-Bernard, Saint-Roman, Saint-Gabriel, Saint-Jacques, Pincourt, le petit Saint-Antoine et le grand Saint-Antoine.

Québec : — ville, sur le bord du fleuve Saint-Laurent, ira jusqu’aux terres de la seigneurie de Sillery, sur la route de Saint-Michel dit de Saint-Jean, jusqu’au ruisseau Prévost, et le long de la baie et rivière Saint-Charles, depuis et compris le fief de Madrid, dit Grandpré jusqu’à l’habitation de Pierre Dion, icelle non comprise, et aura les profondeurs renfermées dans ces bornes, jusqu’au district de la paroisse de Charlebourg, à l’exception des bâtiments et enceinte de l’Hôpital-Général, dont l’église sera érigée en paroisse pour ledit Hôpital-Général seulement, et desservie par le chapelain qui y sera établi curé, auquel les dîmes des terres des pauvres qui étaient de cette paroisse appartiendront pour subvenir à son entretien, ainsi que le séminaire de Québec, auquel la cure de cette ville est unie, et les curés y ont consenti par acte du dix-huit septembre, mil sept cent vingt-un.