Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
72
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

Eschambault et la Chevrotière : — sur les représentations du sieur de la Gorgendière, seigneur d’Eschambault, il lui est permis de faire construire en pierre une église sur le Cap-Loison, en fournissant, suivant ses offres, une terre au dit lieu, de trois arpents de front sur trente de profondeur, faisant faire toute la chaux et payant les maçons et charpentiers, tant pour la construction de la dite église que d’un presbytère, et seront tenus les habitants d’Eschambault et de la Chevrotière de tirer toute la pierre et d’équarrir tous les bois qui seront nécessaires pour les dites constructions, attendu que la dite église servira de paroisse aux deux seigneuries ; et aura la dite paroisse deux lieues d’étendue, savoir : une lieue de front que contient la seigneurie d’Eschambault, depuis Portneuf, en remontant le long du fleuve jusqu’à la Chevrotière, et une lieue de front que contient aussi la Chevrotière en remontant le fleuve jusqu’à la seigneurie des Grondines, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes ; et en attendant que la dite église paroissiale soit construite, les habitants des dites deux seigneuries seront desservis par le curé des Grondines, par voie de mission, comme ils l’ont été jusqu’à présent.

Les Grondines ou Saint-Charles-des-Roches : — une lieue et trois quarts de front, à prendre du côté d’en bas, depuis la Chevrotière, en remontant le long du fleuve, jusqu’à la seigneurie de Sainte-Anne, près Batiscan, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes ; et le curé continuera de desservir, par voie de mission, Eschambault et la Chevrotière jusqu’à ce qu’il y ait une église paroissiale construite par les dites seigneuries.

Saint-Anne, près Batiscan : — deux lieues et un quart, savoir : une lieue et demie de front que contient la dite seigneurie de Sainte-Anne, depuis la seigneurie des Grondines, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de Sainte-Marie, et trois quarts de lieue de front que contient le dit fief de Sainte-Marie, depuis la dite seigneurie de Sainte-Anne, en remontant le long du fleuve, jusqu’à la seigneurie de Batiscan, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes.

Kamouraska ou Saint-Louis : — six lieues, savoir : de deux lieues et demi de front que contient la seigneurie de l’Islet du Portage, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Vertbois, en remontant le long du fleuve jusqu’à la dite seigneurie de Kamouraska, et trois lieues et demie de front que contient la dite seigneurie de Kamouraska, depuis l’islet du Portage, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de l’Anse-Saint-Denis, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes et les isles et islets dépendants des dites seigneuries ; n’y ayant pas présentement un nombre suffisant d’habitants sur ces seigneuries pour y ériger d’autre paroisse, et les fiefs de Vertbois, de la Rivière du Loup, du Parc, de l’Île-Verte et de la Rivière des Trois-Pistoles, qui se trouvent de suite au-dessous de l’Islet du Portage, continueront à être desservies par voies de mission, par les curés de Kamouraska, jusqu’à ce qu’il y ait lieu d’ériger des paroisses.

La Bouteillerie, dit la Rivière-Ouelle ou Notre-Dame de Liesse : — deux lieues et demie savoir : une lieue de front que contient le fief de l’Anse-Saint Denis, à prendre du côté d’en bas, depuis Kamouraska, en remontant le long du fleuve, jusqu’à la Bouteillerie, et une lieue