Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/89

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

côté d’en bas depuis le fief de Bon-Secours, en remontant le long du fleuve, jusqu’au dit fief de Gamache, cinquante-deux arpents de front que contient le dit fief de Gamache, depuis Vincelotte, en remontant, jusqu’à la concession de Louis Lemieux, quatre arpents de front que contient la dite concession, en remontant, jusqu’au fief de Saint-Joseph dit la Pointe-aux-Foins, et trente arpents de front que contient le dit fief de Saint-Joseph depuis la dite concession, en remontant, jusqu’au fief du sieur de Lespinay qui prend par une pointe sur le fleuve Saint-Laurent, ensembles les profondeurs renfermées dans ces bornes, même de celles du fief de Sainte-Clair, qui est derrière le dit fief de Gamache, la concession du dit Lemieux et le dit fief de Saint-Joseph, et les Isles-aux-Oies, grande et petite, aux Grues, au Canot, de Sainte-Marguerite, la Grosse-Isle, celle à Deux-Têtes et autres islets qui n’ont pas de noms et appartiennent à la dame veuve du sieur de Grandville, seront desservis par voie de mission, par le curé de la dite paroisse.

La Pointe à la Caille ou Saint-Thomas ou la Rivière du Sud : — deux lieues que contient le front de la dite seigneurie, à prendre du côté d’en bas depuis la pointe du fief du sieur de Lespinay, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de Bellechasse, ensemble les profondeurs de la dite seigneurie, renfermées dans ces bornes, jusqu’à l’habitation de Denis Proust, icelle comprise, plus son étendue sera de ce qui se trouve du dit fief du sieur de Lespinay, depuis le bord du fleuve jusqu’à pareille hauteur de l’habitation du dit Proust, lorsqu’il y aura des établissements faits.

Saint-Pierre, rivière du Sud : — une lieue et un quart, le long de la dite rivière, à prendre du côté d’en bas, depuis et compris l’habitation de Jacques Taillebeau, en remontant, jusqu’au bout des terres de la dite seigneurie, plus du restant du fief du dit sieur de Lespinay, qui se trouve au sud de la dite rivière, dans la même étendue, et le curé de la dite paroisse desservira par voie de mission, les habitants du fief de Bellechasse qui sont sur la dite rivière du Sud, jusqu’à ce qu’il ait été fait un chemin praticable dans le dit fief, pour aller à la paroisse de Bellechasse.

Bellechasse ou Notre-Dame de l’Assomption : — deux lieues que contient le front de cette seigneurie, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de la rivière du Sud, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de la Durantaye, ensemble les profondeurs de la dite seigneurie renfermées dans ces bornes, à l’exception que les habitants de la dite seigneurie, établis sur la rivière du Sud, continueront d’être desservis par voie de mission, par le curé de Saint-Pierre jusqu’à ce qu’il y ait un chemin praticable pour aller à l’église paroissiale de cette seigneurie.

La Durantaye ou Saint-Jacques et Saint-Philippe : — environ une lieue et trois quarts à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Bellechasse, en remontant le long du fleuve, jusques et compris le domaine des religieuses de l’Hôpital-Général de Québec, propriétaires de la dite partie de seigneurie, ensemble les profondeurs de la dite seigneurie renfermées dans ces bornes.

Saint-Michel ou autre moitié de la seigneurie de la Durantaye : — une lieue et demie