Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

Lotbinière ou Saint-Louis : — trois lieues et demie que contient de front la dite seigneurie à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Sainte-Croix, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief d’Échaillons, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes, et sera le fief de Sainte-Croix desservi par voie de mission, par le curé de Lotbinière, comme il est dit ci-devant ; le même curé desservira aussi par voie de mission, le fief d’Échaillons, mais attendu le grand éloignement, il ne sera obligé que d’y dire une messe tous les mois, un jour de fête ou de dimanche, autant que faire se pourra, dans la chapelle qui sera à cet effet construite sur le dit fief, et d’y faire le même jour le catéchisme aux enfants.

Échaillons : — deux lieues de front sur pareille profondeur à prendre du côté d’en bas, depuis Lotbinière en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de Saint-Pierre, étant fort peu établi et n’y ayant pas d’église plus proche que celle de Lotbinière, sera desservi par voie de mission, par le curé de Lotbinière, à l’effet de quoi, il est permis aux habitants du dit fief d’Échaillons de faire construire une chapelle sur le dit fief, dans le lieu le plus commode, dans laquelle le dit curé sera tenu d’aller leur dire une messe tous les mois, un jour de fête ou de dimanche, autant que faire se pourra, et d’y faire les mêmes jours le catéchisme et instruction pour les enfants, comme il est ci-devant dit, jusqu’à ce qu’il y ait un nombre suffisant d’habitants pour y ériger une paroisse.


GOUVERNEMENT DES TROIS-RIVIÈRES.

Batiscan ou Saint-François-Xavier, deux lieues moins dix arpents, que contient le front de la dite seigneurie, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Sainte-Marie, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de Champlain, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes, à l’exception des habitants établis dans les profondeurs de la rivière de Batiscan qui ne seront desservis que par voie de mission, jusqu’à ce qu’il y en ait un nombre suffisant pour y ériger une paroisse ; à l’effet de laquelle mission, il leur est permis de faire construire une chapelle dans le lieu le plus commode, dans laquelle le curé de Batiscan sera tenu d’aller dire la messe et faire le catéchisme à leurs enfants de quatre dimanches l’un.

Champlain ou Visitation : — deux lieues et un quart, savoir : une lieue et un quart de front que contient la dite seigneurie, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Batiscan, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de l’Arbre à la Croix, demie lieue de front que contient le dit fief de l’Arbre à la Croix depuis Champlain, en remontant, jusqu’au fief de Marsolet, et demie lieue de front que contient aussi le dit fief de Marsolet, depuis celui de l’Arbre de la Croix, en remontant, jusqu’au fief du Cap dit de la Madeleine, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes.

Le Cap dit de la Madeleine : — une lieue et demie de front que contient la dite seigneurie, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief Marsolet, en remontant le long du fleuve, jusqu’au premier des chenaux de la rivière des Trois-Rivières, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes.