Page:Sulte - Histoires des Canadiens-français, 1608-1880, tome VI, 1882.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
84
HISTOIRE DES CANADIENS-FRANÇAIS

Saurel ou Saint-Pierre : — quatre lieues, savoir : une lieue de front que contient la concession de Paul Hue, dans le fief d’Hyamaska, sur différentes profondeurs, de quinze arpents ou environ, l’un portant l’autre, à prendre du côté d’en bas en remontant jusqu’à Saurel, de l’île du Moine et de celle des Barques, étant au devant de la dite concession de trois lieues de front que contient la dite seigneurie de Saurel, à prendre du côté d’en bas, depuis le dit fief d’Hyamaska, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de Saint-Ours, les profondeurs de la dite seigneurie et les îles à l’Ours, Ronde, Madame et de Saint-Ignace, dépendantes de la dite seigneurie et situées au-devant d’icelles ; et sur les représentations des seigneur et habitants de Saurel, il y sera établi un curé incessamment, et jusqu’à ce qu’il y en ait un, ils continueront à être desservis, par voie de mission, par le curé de l’île Dupas.

Saint-Ours ou l’immaculée Conception : — deux lieues à prendre du côté d’en bas, depuis Saurel, en remontant le long du fleuve, jusqu’à Contrecœur, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes ; et jusqu’à ce qu’il y ait un nombre suffisant d’habitants pour fournir à la subsistance et entretien d’un curé, cette paroisse sera desservie, par voie de mission, par le curé de Contrecœur, qui y dira la messe de deux dimanches l’un.

Contrecœur ou la Sainte-Trinité : — une lieue et demie et quatre arpents de front, y compris la part qui appartient au sieur de la Corne, et un arrière-fief nommé Fosseneuve, étant au bout d’en haut, le dit front à prendre du côté d’en bas, depuis Saint-Ours, en remontant le long du fleuve, jusqu’au fief de la Belle-vue, ensemble les profondeurs renfermées dans ces bornes, dans laquelle paroisse il sera incessamment établi un curé qui desservira par voie de mission, la paroisse de Saint-Ours, comme il est dit ci-devant.

Verchères ou Saint-François-Xavier ; — cinq quarts de lieue de front, à prendre du côté d’en bas, depuis le fief de Belle-vue, qui joint celui de Fosseneuve, en remontant jusqu’au fief du Marigot, les profondeurs de la dite seigneurie et des îles aux Prunes, Marie et à l’Huissier, situées au-devant d’icelle, et qui en sont dépendantes, à l’exception de neuf chefs de famille, établis sur le bout d’en haut de la dite île Marie, qui seront et resteront paroissiens de la nouvelle paroisse qui doit être érigée aux îles Bouchard, comme ils y ont été joints ci-dessus ; et sur les remontrances des seigneurs et habitants du dit Verchères, il y sera établi un curé incessamment qui desservira, par voie de mission, le dit fief de Belle-vue, situé entre Fosseneuve et Verchères, contenant demie lieue de front, le fief du Marigot, contenant un quart de lieue de front le long du fleuve, depuis Verchères en remontant jusqu’au fief de la demoiselle Le Sueur, et le fief de Cabanac, situé derrière les dits fiefs de Belle-vue, Verchères et le Marigot, jusqu’à ce qu’il y ait lieu d’y ériger une paroisse.

Varenne ou Sainte-Anne : — environ deux lieues, savoir : un quart de lieue de front que contient le fief de la demoiselle Le Sueur, depuis le fief du Marigot, en remontant le long du fleuve jusqu’au fief de Saint-Michel, demie lieue de front que contient le dit fief de Saint-Michel, en remontant jusqu’au fief de la Trinité, demie lieue de front que contient le dit fief de la Trinité, en remontant jusqu’à Varenne, et demie lieue et six arpents de front que contient le dit fief de Varenne, en remontant jusqu’à Boucherville, les profondeurs des dits