Page:Sur la Tombe de Huysmans, Collection des Curiosités Littéraires, 1913.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



À Marguerite TERMIER


Je vous offre ces vieilles pages, ma chère enfant, parce que vous êtes douce et bonne pour moi.

Quand je les écrivis, vous n’aviez pas encore fait votre entrée dans ce monde et je n’avais moi-même d’autre expérience que celle de la misère et de plusieurs autres tourments.

S’il vous arrive de souffrir, un jour, souvenez-vous, en chrétienne, du vieil écrivain qui aura passé devant vous comme une ombre douloureuse.

LÉON BLOY.

Novembre 1913.