Page:Swift - Le Conte du tonneau - tome 2 - Scheurleer 1732.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


roitra le plus à son avantage. Pour prendre un parti là-dessus, j’ai employé trois jours entiers à parcourir la Sale de Westmunster, le Cimetière de St. Paul, Fleet-street, & tous les autres Endroits qui fourmillent de Boutiques de Libraires, pour voir quels Titres font le plus à la Mode ; & je n’en ai point trouvé qui eut une aussi grande vogue, que Lettre à un Ami.

Rien n’est plus commun à présent que de voir de longues Épitres adressées à certaines Personnes, & destinées pour certains Endroits, fans qu’on puisse s’imaginer la moindre raison qui ait porté leurs Auteurs à les écrire.

Telles font une Lettre à mon plus proche Voisin. Épitre à un Étranger, que je ne connois ni d’Eve ni d’Adam. Lettre à un Homme de Qualité résident dans les Nuées. Ces Pièces, d’ailleurs, roulent la plupart sur des Sujets, qui naturellement n’ont rien à démêler avec la Poste. Ce font de longs Systèmes de Philosophie, d’obscurs & merveilleux Traitez de Politique ; des Dissertations laborieuses sur la Critique & sur les Antiquitez ; des Avis donnez au Parlement ; & d’autres Ouvrages de cette nature.