Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


5. Si l’avocat n’est pas prêt à procéder au contre-interrogatoire d’un témoin rapportant la part prise dans certains faits par l’accusé, il pourra en demander une remise.

6. En conséquence, il est respectueusement exposé que cette requête est prématurée et que l’avocat de l’accusé susnommé sera toujours à même de formuler une demande de remise au moment où une difficulté se présentera au cours des débats.

7. Le Ministère Public rappelle respectueusement au Tribunal les paroles prononcées à Berlin, le 18 octobre 1945, par le général Nikitchenko qui remplissait alors les fonctions de président :

« On doit bien comprendre que le Tribunal, chargé par le Statut d’assurer des débats expéditifs sur les questions soulevées par les chefs d’accusation, ne permettra aucun délai, qu’il s’agisse de la préparation de la défense ou du cours du Procès lui-même. »


II

Le Ministère Public ne fait aucune objection à la deuxième partie de la requête,


III

Le Ministère Public ne fait enfin aucune objection à la suggestion contenue dans la troisième partie de la requête.


Signé : Hartley Shawcross.


14 novembre 1945.