Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Après les aveux qu’il a faits devant ce Tribunal et en raison des postes qu’il a occupés, des conférences auxquelles il a assisté et des paroles qu’il a prononcées en public, il n’est pas permis de douter que, immédiatement après Hitler, Göring a été le véritable promoteur des guerres d’agression. Il est à l’origine de tous les plans de la guerre poursuivie par l’Allemagne et il en réalisa tous les préparatifs militaires et diplomatiques.


Crimes de guerre et crimes contre l’Humanité.

Les dossiers sont remplis des aveux de Göring sur le rôle qu’il a joué dans l’emploi des travailleurs forcés. « Nous avons, dit-il, utilisé ces travailleurs pour des raisons de sécurité, afin qu’ils ne fussent pas employés dans leur propre pays et ne pussent pas travailler contre nous. D’autre part, ils ont contribué à la poursuite de la guerre économique. » Il a déclaré en outre : « On contraignait les travailleurs à venir dans le Reich. C’est un fait que je n’ai pas nié. » Il faut se rappeler que c’est lui qui était plénipotentiaire pour le Plan de quatre ans et chargé du recrutement et de la répartition de la main-d’œuvre. En sa qualité de Commandant en chef de la Luftwaffe, il demanda à Himmler de lui fournir un plus grand nombre de travailleurs forcés pour ses usines souterraines d’aviation. « Il est exact, dit-il, que j’ai demandé des internés des camps de concentration pour travailler à l’armement de la Luftwaffe et il faut considérer cela comme une chose naturelle. »

En sa qualité de plénipotentiaire, Göring signa un ordre concernant le traitement des travailleurs polonais en Allemagne et le fit appliquer par les instructions qu’il donna au SD, notamment à propos du « traitement spécial ». Il ordonna d’employer les prisonniers de guerre français et soviétiques dans l’industrie d’armement. Il parlait aussi d’appréhender des Polonais et des Hollandais, de les considérer, au besoin, comme des prisonniers de guerre et de les utiliser pour le travail. Il a reconnu, à l’audience, que l’on utilisait des prisonniers de guerre soviétiques pour servir les batteries de DCA.

Toujours en sa qualité de plénipotentiaire, Göring joua un rôle actif dans le pillage des territoires conquis. Pour parvenir à ce but, il établit des plans, bien avant que fût déclenchée la guerre avec l’Union Soviétique. Deux mois avant celle-ci, Hitler donna à Göring la direction suprême de l’administration économique des territoires qui seraient envahis. À cet effet, Göring mit sur pied un État-Major économique. Parce qu’il était Reichsmarschall du « Reich Grand Allemand », ses ordres s’étendaient à tous les domaines économiques, y compris le ravitaillement et l’agriculture. Aux termes de ce que l’on appelle son « Dossier Vert », imprimé par les soins de la Wehrmacht, un État-Major exécutif économique de l’Est fut créé. Les directives contenues dans ce dossier tendaient