Page:TMI - Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international, vol. 1, 1947.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jusqu’à l’agression contre l’Autriche, Frick ne s’occupa que de l’administration intérieure du Reich. Il n’est pas prouvé qu’il ait assisté à aucune des conférences au cours desquelles Hitler exposa ses intentions agressives. Le Tribunal estime, en conséquence, que Frick n’a pas participé au plan concerté ou complot en vue d’une guerre d’agression, tel qu’il est défini dans ce jugement.

Six mois après l’annexion de l’Autriche, Frick devint, en vertu de la loi de défense du Reich du 4 septembre 1938, plénipotentiaire général à l’Administration du Reich. Il fut prévu, au surplus, que, dans le cas où Hitler proclamerait l’« état de défense », Frick serait chargé de l’administration de guerre, exception faite pour le secteur militaire et économique. Les ministères de la Justice, de l’Éducation et des Cultes furent, ainsi que l’Office des questions d’espace, placés sous son autorité. En s’acquittant de la tâche qui lui était confiée, Frick mit sur pied une organisation administrative qui était adaptée aux conditions de guerre et qui, selon ses propres déclarations, entra en jeu lorsque l’Allemagne eut décidé d’adopter une politique de recours à la force.

Frick signa la loi du 13 mars 1938, qui réunissait l’Autriche au Reich et il fut chargé de son exécution. Il établit en Autriche une administration allemande et prit des mesures législatives qui introduisaient dans ce pays les lois du Reich, y compris les décrets de Nuremberg et la loi sur le service militaire ; il confia les questions de police à Himmler.

C’est Frick, encore, qui signa les lois incorporant au Reich le Pays des Sudètes, Memel, Dantzig, les territoires de l’Est (Prusse occidentale et Posnanie) ainsi que ceux d’Eupen, de Malmédy et de Moresnet. Il fut chargé de l’exécution effective de ces incorporations et de l'établissement d’une administration allemande dans ces territoires. Il signa la loi établissant le Protectorat de Bohême et de Moravie.

En sa qualité de chef des Services centraux pour la Bohême et la Moravie, pour le Gouvernement Général et pour la Norvège, il eut la mission de susciter une étroite coopération entre les administrateurs allemands de ces territoires et les autorités suprêmes du Reich. Dans tous les pays occupés, il nomma le personnel administratif et tint Rosenberg au courant des désignations effectuées dans les territoires de l’Est. Enfin, il signa les lois qui nommaient Terboven commissaire du Reich en Norvège, et Seyss-Inquart commissaire du Reich en Hollande.


Crimes de guerre et crimes contre l’Humanité.

Antisémite fanatique, Frick prépara, signa et fit appliquer un grand nombre de lois destinées à éliminer les Juifs de la vie et de l’économie allemandes. Son œuvre législative fut à la base des