Page:Tanner - James, Memoires de John Tanner, vol 1, 1830.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et des pensées, ne permettre aucun doute sur l’existence du narrateur ni sur la loyauté de l’éditeur américain; on n’invente certes pas ainsi.

En littérature, comme en politique, l’inexpérience et l’extrême habileté viennent quelquefois échouer contre le même écueil; il n’est pas de romancier, novice ou expert, qui n’eût cherché d’autres ornemens pour les scènes de la vie sauvage que Tanner retrace dans toute leur nudité originelle. La littérature de métier ne sait pas être aussi simple, lors même qu’elle affecte des prétentions à la simplicité.

Une relation analogue à plus d’un titre, et publiée à Philadelphie en 1823 (1)[1], s’est attiré de spirituelles et mordantes critiques de la Revue

    ( interprète au saut de Sainte-Marie ), pendant trente années de séjour parmi les Indiens dans l’intérieur de l’Amérique du Nord. Mis en ordre par Edwin James, éditeur d’une Relation de l’expédition du major Long., de Pittsburgh, aux montagnes Rocheuses.

  1. Manners and customs of several indian tribes located west of the Mississipi ; including some account of the soil, climate and vegetable productions, and the indian materia medica : to which is prefixed the history