Page:Tardivel - Vie du pape Pie-IX - ses œuvres et ses douleurs, 1878.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Pierre, enseigne-nous, confirme tes frères ! Et l’enseignement que ces pasteurs demandaient au Pasteur suprême, c’était la définition de la Conception immaculée. »

Enfin, le grand jour, le 8 décembre 1854, apparut. Le vénérable temple de Saint-Pierre, tombeau de tant de saints et témoin de tant de grandes choses, dût tressaillir d’allégresse en voyant Pie IX placer cette dernière couronne de gloire sur le front de la Reine des cieux.

Le divin sacrifice est terminé. On invoque une dernière fois le secours de l’Esprit-Saint. Pie IX, debout devant son trône élevé et entouré de toute la hiérarchie de l’Eglise, lit d’une voix entrecoupée par une douce émotion, la bulle qui proclame que la tache du péché originel n’a jamais souillé l’âme de la sainte Mère de Dieu : Et macula non est in te.

En souvenir de ce grand événement, on plaça à chaque côté de l’abside de Saint-Pierre deux inscriptions, gravées sur le marbre, contenant les noms des évêques et des archevêques présents à la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception. Plusieurs œuvres d’art, entre autre une colonne surmontée d’une statue en bronze de la sainte Vierge, furent exécutées pour rappeler aux âges à venir la mémoire de cette glorieuse journée.



CHAPITRE XVII.

Quelques années de tranquillité.


Depuis son entrée triomphale dans Rome, en 1850, jusqu’en 1859, le Saint-Père connut une tranquillité relative. La révolution était toujours à l’œuvre, il est vrai ; elle minait sourdement le pouvoir temporel du Pape, mais Dieu permit que ses machinations n’eussent pas de suite immédiate. Il convenait, dit un auteur catholique[1] que la famille chrétienne jouît de ce repos pour se livrer à la joie de déposer sur le front de sa mère et de sa reine une nouvelle couronne. Du reste, cette heureuse période devait être bientôt suivie d’un déchaînement sans précédent contre l’Eglise et la Papauté.

Au chapitre XV, nous avons vu que Pie IX, durant la première moitié de cette période de neuf ans, s’était livré à des

  1. L’abbé Guillaume, Continuation de l’Histoire Universelle de l’Eglise de Rohrbacher,