Page:Tavan - Méthode pratique d'orchestration symphonique.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 70 —

Toutefois il est important de ne pas abuser des Trombones dans l’orchestration ; mieux vaut ne les faire entendre qu’à propos.

En général, l’abus des instruments en cuivre peut rendre (selon les cas, bien entendu) l’orchestration lourde et fatigante pour l’oreille.


Les Instruments à percussion servent à renforcer plus ou moins le rythme, et à colorer l’Orchestration, selon le genre de musique. Les Timbales représentent le plus important des instruments à percussion ; leurs roulements (trémolos) placés à propos produisent des résultats d’une intensité dramatique extraordinaire. Leur emploi est naturellement indiqué dans la Musique Orientale où elles peuvent produire des effets colorés et très pittoresques.

Les Timbaliers se servent de trois espèces de baguettes :

Les baguettes à tête de bois, produisant un son strident dur et sec ; elles peuvent être employées pour imiter le grondement du tonnerre (roulement avec fort crescendo se terminant par un grand coup sec qui imite un éclat de foudre) ;

Les baguettes à tête d’éponge. Elles donnent aux Timbales un son velouté capable d’exprimer certains accents sombres, mystérieux, etc. ;

Les baguettes à tête de bois recouvertes de peau. Celles-ci sont le plus fréquemment employées pour toute espèce de musique. Avec ces baguettes le son des Timbales n’ayant pas un caractère particulièrement original, n’est ni trop dur, ni trop doux : quand le compositeur n’indique pas sur la partie le genre de baguettes qu’il faut employer, les Timbaliers prennent toujours cette dernière espèce.

On emploie quelquefois, dans certains morceaux funèbres, les Timbales voilées[1]. (Les Timbales sont recouvertes d’un drap, ce qui leur fait produire un son lugubre).

Nous croyons inutile de parler des autres instruments à percussion. À ce sujet nos articles précédents suffiront, le cadre de notre petit ouvrage ne nous permettant pas de nous étendre plus amplement.


Englische Linie.svg

CONCLUSION

Cette méthode s’adresse surtout aux Amateurs ou Musiciens de profession qui n’ont pas l’ambition d’arriver à composer et à orchestrer de la Grande Musique Symphonique ; elle s’adresse aussi à tous ceux qui désirent pouvoir orchestrer des Morceaux de moyenne importance[2], ou simplement acquérir quelques connaissances techniques qui leur permettront d’apprécier avec plus de facilité la Musique Symphonique soit à l’audition, soit à la lecture.

  1. Dans ce cas, il faut indiquer le cas accidentel sur la partie ; le même procédé est applicable au Tambour.
  2. Quelle que soit la simplicité de ces morceaux, encore faut-il que l’Orchestrateur possède les connaissances indispensables.