Page:Théâtre de Plaute, Panckoucke, tome 2.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



ARGUMENT

Levieil avare Euclion, qui s’en fie à peine à lui-même, a trouvé chez lui, sous terre, une marmite remplie d’or. Il l’enfouit de nouveau profondément, et la garde avec de mortelles inquiétudes ; il en perd l’esprit. Lyconide a ravi l’honneur à la fille de ce vieillard. Sur ces entrefaites, le vieux Mégadore, à qui sa sœur a conseillé de prendre femme, demande en mariage la fille de l’avare. Le vieux hibou a grand’peine à l’accorder. Sa marmite lui cause trop d’alarmes ; il l’emporte de chez lui et la change de cachette plusieurs fois. Il est surpris par l’esclave de ce même Lyconide qui avait déshonoré la jeune fille. L’amant obtient de son oncle Mégadore qu’il renonce en sa faveur à la main de son amante. Ensuite Euclion, qui avait perdu par un vol sa marmite, la recouvre contre tout espoir ; dans sa joie, il marie sa fille à Lyconide.

ARGUMENT ACROSTICHE ATTRIBUÉ À PRISCIEN LE GRAMMAIRIEN.

Une marmite pleine d’or a été trouvée par Euclion. Il fait sentinelle auprès, et s’inquiète et se tourmente. Lyconide ravit l’honneur à la fille du vieillard. Mégadore la demande en mariage sans dot, et, pour engager Euclion