Page:Théâtre de Plaute, Panckoucke, tome 2.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA MARMITE

ACTE I


Scène 1.

EUCLION, STAPHYLA.



Euclion.

ALLONS, sors ; sors donc. Sortiras-tu, espion, avec tes yeux fureteurs ?


Staphyla.

Pourquoi me bats-tu, pauvre malheureuse que je suis ?


Euclion.

Je ne veux pas te faire mentir. Il faut qu’une misérable de ton espèce ait ce qu’elle mérite, un sort misérable.


Staphyla.

Pourquoi me chasser de la maison ?


Euclion.

Vraiment, j’ai des comptes à te rendre, grenier à coups de fouet. Éloigne-toi de la porte. Allons, par là (lui montrant le côté opposé à la maison). Voyez comme elle marche. Sais-tu bien ce qui l’attend ? Si je prends tout-à-l’heure un bâton, ou un nerf de bœuf, je te ferai allonger ce pas de tortue.


Staphyla., à part.

Mieux vaudrait que les dieux m’eussent fait pendre,