Page:Théâtre de Plaute, Panckoucke, tome 2.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



PHILOXÈNE.

Trêve aux discours. Je pardonne à mon fils. Tu dois pardonner au tien. Ils aiment, ils ont raison.

BACCHIS L’ATHÉNIENNE, à sa soeur.

Viens.

NICOBULE.

Les voici enfin ! Eh bien ! endoctrineuses de vices, traîtresses, nous rendez-vous nos fils et mon esclave ? Faut-il employer la force ouverte ?