Page:Théâtre de Plaute, Panckoucke, tome 2.djvu/397

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


leur en coûta cher d’avoir suivi si bonnement les conseils d`AppiuS. (Voyez TITE-LIVE, 1, 7; 1X, 29, BL; VALÈRE-Maxime , 1 , 1 , ry; Denys d’HALICARNASSE , 1.)

Prœligatum (v. 102 Les enchanteurs , avec de certaines paroles et de certaines cérémonies diaboliques, agissaient sur les absens, de même qu’ils entretenaient commerce avec les morts. Ils enchaînaient ainsi l'esprit de qui ils voulaient, par des liens invisibles et funestes. C'était comme le mauvais sort jeté sur quelqu'un ou sur quelque chose, par la mauvaise main, ou par le mauvais oeil , malo manus, malus aculus (voyez tome 1, page 368.) Le moyen de résister à cette puissance surnaturelle? ll fallait devenir fou, quoi qu’on en eût. Il est vrai que beaucoup de gens y aidaient par leurs propres dispositions.

Non pœdagogum jam me, etc. ( v. 104). Il y a bien quelque pédanterie de la part de ce bon Lydus à se fâcher de ce qu’on l’appelle par son nom , plutôt que par le titre de son office. Il faut qu’il paie son tribut à l’humanité. C’est un homme de bon—sens que ce Lydus, et qui donnera aux Romains des avis fort raison- nables. Mais les spectateurs avaient aussi leur faible , et Plaute le connaissait bien; je veux dire l’amour—propre, qui pardonne difficilement la supériorité de la raison dans les autres, et qui se satisfait, quand il peut trouver un ridicule dans le sage dont il subit la leçon. Lydus sera très—risible ; à ce prix, on lui permettra d’être un censeur fort éclairé.

Je reviens à l'usage d’appeler les hommes par leur nom, Il entrait dans les pratiques de la politesse à Rome ; Crassus et César se piquaient de nommer chacun de ceux qu°ils saluaient sur la place publique. C'était pour des ambitieux un moyen de plaire. Ceux qui n'étaient pas pourvus d’une assez bonne mémoire, achetaient des esclaves , qui devaient en avoir pour eux (nomenclatores). Même dans le temps ou le changement des mœurs introduisit la coutume de donner le nom de maître ou de seigneur, dominus, aux personnes qu’on abordait, le nom propre fut toujours plus honnête dans les salutations (MARTIAL, Epigr. V, 57 ; A VI , 88). D’où vient donc que Lydus s’offense de cette manière de parler ? C’est que le nom de Lydus n’est pas le nom d'un citoyen, et que l’esclave sent toute l'importance du titre de pédagogue.