Page:Théâtre de Plaute, Panckoucke, tome 2.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Quand j’aurai besoin de quelque chose, il faudra m’égosiller avant qu’on me le donne.

STROBILE.

C’est bêtise et bien perdu que d’obliger un ingrat.

CONGRION.

Comment ?

STROBILE.

Tu le demandes ? D’abord, là, tu n’auras pas de bruit. Et si tu veux quelque ustensile, apporte-le avec toi, pour ne pas te fatiguer inutilement à le demander. À la maison, beaucoup de monde, beaucoup de fracas, un grand mobilier, de l’or, des tapis, de l’argenterie. S’il vient à manquer quelque chose (et je sais que tu es incapable de toucher à ce qui ne se trouve pas à ta portée, on dira : Ce sont les cuisiniers qui l’ont pris. Qu’on les saisisse ; qu’ils soient liés et fustigés, et qu’on les enferme dans le souterrain. -- Mais là, tu n’as rien de semblable à craindre ; car il n’y a rien à dérober. Allons, suis-moi.

CONGRION.

J’y vais.

ACTE II, Scène V.

STROBILE, STAPHYLA, CONGRION.

STROBILE.

Holà ! Staphyla, viens nous ouvrir la porte.