Page:Tharaud - Dingley.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les femmes et les enfants boërs arrachés aux fermes détruites, avait étendu sa contagion jusqu’aux plateaux du Natal, et que l’enfant du célèbre romancier avait été l’un des premiers frappés. La presse hostile à l’Angleterre et aux excitations jingoës du poète de l’Empire, ne manqua pas de découvrir dans cette maladie la main de la Justice Éternelle. La réalité est tout autre et n’a pas revêtu cet aspect providentiel.


Chaque jour, le petit Archie faisait avec David du Toit une promenade hors du parc, sur les poneys de Rosendaal. Or ils apprirent, un beau matin, qu’un Cafre, voleur comme ils sont tous, avait été branché haut et court par un fermier du voisinage. C’est là un événement fort commun dans ce pays primitif, et bien de nature à exciter des imaginations enfantines. Les deux garçons allèrent voir le pendu qui se balançait, à dix milles environ de Dossieclipp, à la branche d’un poirier sauvage.

En revenant, ils furent surpris par un de