Page:Theodore Pavie - Histoire des trois royaumes vol 2, Duprat, 1851.djvu/361

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


détruit Chang, les soldats de celui-ci se disperseront en fuyant ; alors ce sera à vous de les rassembler, afin d’être prêt à tenir tête au premier ministre[1] ; et celui-ci, venu de bien loin, ne pourra continuer la campagne contre vous, faute de vivres. Ainsi, tout ce qu’il y a de combattants vaincus échappés de Ky-Tchéou[2], se rangeant sous nos bannières, nous serons assez forts pour résister à Tsao-Tsao. »

« Qui enverrai-je porter nos propositions à Tsao, demanda Youen-Tan ? — Je sais ici un homme très habile à manier la parole. C’est Sin-Py (son surnom Tso-Ky) de Yang-Sy, dans le Hing-Tchouen ; ce personnage qui commande aujourd’hui le district de Ping-Youen, doit être chargé de cette mission. — C’est le jeune frère de mon lieutenant Sin-Ping, demanda Youen-Tan ; je veux le consulter sur cette affaire. — Ils sont frères en effet, reprit le mandarin ; ils s’entendent parfaitement sur tous les points. Ce Sin-Py remplira bien vos vues. » Youen-Tan fit appeler celui-ci qui se hâta d’obéir, et il lui remit une dépêche à l’adresse de Tsao-Tsao ; trois mille hommes escortèrent l’envoyé jusqu’au delà de la frontière.

Quand Sin-Py arriva à la capitale, il apprit que le premier ministre, parti pour son expédition contre Liéou-Piao, avait rassemblé ses forces à Sy-Ping, où Hiuen-Té, envoyé à la tête de l’avant-garde par celui qui l’avait accueilli dans sa détresse[3], se tenait en observation : aucun engagement n’avait encore eu

  1. Ces détails, ces discours et ces dialogues sont fort longs ; mais nous ne voulons rien supprimer, surtout quand il s’agit d’événements historiques. C’est ici le cas, on peut s’en convaincre en consultant le vol. IV de l’Histoire générale de la Chine, pages 38 et suivantes. Dans cette phrase, Kouo-Tou n’oublie pas que Tsao veut avant tout la ruine des deux frères, et que si d’abord il triomphe de Youen-Chang sans le secours de Youen-Tan, ses efforts se tourneront contre ce dernier.
  2. Le texte dit : Échappés du royaume de Tchao. C’est le nom d’un petit royaume indépendant qui, après avoir duré 187 ans, fut détruit par un prince de la dynastie des Tsin, l’an 228 avant notre ère. Ce petit état correspondait au royaume que Youen-Chao venait de léguer à ses enfants ; il s’étendait dans le Chen-Sy et le Pé-Tché-Sy, au nord de la Chine.
  3. Voir plus haut, page 332.