Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Parce que je t’aime ! » voulait-il dire. Mais il ne le dit pas, rougit jusqu’aux larmes et baissa les yeux.

— Parce qu’il vaudra mieux pour moi venir plus rarement chez vous… parce que… Non, tout simplement parce que j’ai des occupations chez moi…

— Pourquoi ? Non, dites-le… commença Natacha, mais tout à coup elle se tut. Tous deux effrayés et gênés se regardaient. Ils essayaient de sourire et ne le pouvaient pas. Le sourire de Pierre exprimait la souffrance. Sans rien dire il lui baisa la main et sortit.

Pierre décida en soi-même de ne plus revenir chez les Rostov.