Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


extrêmement actif et animé : Il fit planter un nouveau jardin, construire un nouveau bâtiment pour les domestiques. La seule chose qui inquiétât la princesse Marie c’est qu’il dormait peu et renonçait à son habitude de dormir dans son cabinet de travail : chaque jour il changeait l’endroit de son lit. Tantôt il ordonnait de préparer son lit de camp dans la galerie, tantôt il restait au salon sur le divan ou le voltaire, sans se déshabiller, et sommeillait ; alors ce n’était pas mademoiselle Bourienne qui lui faisait la lecture, mais le garçon Pétroucha ; tantôt il passait la nuit dans la salle à manger.

Le premier août, on reçut la seconde lettre du prince André. Dans la première, reçue peu après son départ, le prince André demandait docilement pardon à son père de ce qu’il s’était permis de lui dire et lui demandait de lui rendre son affection.

À cette lettre le vieux prince répondit par une lettre affectueuse et, à dater de ce jour, il éloigna de lui la Française. La deuxième lettre du prince André, écrite des environs de Vitebsk, apprenait que les Français occupaient cette ville et contenait une description sommaire de toute la campagne avec le dessin du plan et des considérations sur la marche à suivre pour cette campagne.

Dans cette lettre, le prince André présentait à son père l’incommodité de sa résidence près du théâtre de la guerre, sur la ligne même du mouvement des