Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quelque chose craqua dans le feu ; il s’apaisa pour un moment ; des masses noires de fumée s’élancèrent au-dessus du toit. Il se fit encore un craquement terrible et quelque chose d’énorme s’écroula.

— Hourra ! hourra ! hurla la foule au bruit du toit du hangar qui croulait, en même temps que se répandait une odeur de galette produite par le pain brûlé. La flamme s’élança et éclaira les visages animés, joyeux et fatigués des gens qui entouraient l’incendie.

L’homme au manteau de frise, levant les bras au ciel, s’écria :

— Bravo ! Ça craque bien ! C’est chic, les enfants !

— C’est le maître lui-même ! disaient des voix.

— C’est ça, dit le prince André en s’adressant à Alpatitch, transmets tout ce que je t’ai dit ; et, sans répondre un mot à Berg qui se tenait silencieux près de lui, il poussa son cheval et disparut dans les ruelles.