Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Oh ! le prince Koutouzov est très intelligent ; je le connais de longue date.

— On dit même, intervint l’homme de beaucoup de mérite qui n’avait pas encore le tact de la cour, que le sérénissime a mis comme condition absolue que l’empereur lui-même n’aille pas à l’armée.

Aussitôt, le prince Vassili et Anna Pavlovna se détournèrent de lui et, tristement, en soupirant à cause de sa naïveté, ils se regardèrent.