Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol10.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


était semé sur le parquet ; une prière imprimée était placée sous la tête du mort, et dans un coin, un chantre récitait les psaumes.

Semblables aux chevaux qui se cabrent et frémissent en voyant un cheval mort, dans le salon, autour du cercueil se pressaient des étrangers, les familiers, le maréchal de la noblesse, le starosta du village, des femmes, des paysannes et tous, les yeux fixes, effrayés, se signaient, saluaient bas et baisaient la main froide, inerte du vieux prince.