Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XX

Cependant. Moscou était vide. Il y avait bien encore des gens, un cinquantième de la population, mais elle était vide. Elle semblait vide comme une ruche sans reine.

Dans une ruche sans reine il n’y a déjà plus de vie, mais pour un regard superficiel, elle semble vivante comme les autres : De même dans les rayons chauds du soleil de midi, les abeilles tournoient gaiement autour d’une ruche sans reine comme autour des autres ruches vivantes ; de même, au loin, on sent l’odeur de miel ; de même sortent des abeilles. Mais si l’on observe attentivement, on comprend que dans cette ruche il n’y a plus de vie. Les abeilles n’en sortent pas comme d’une ruche vivante ; ce n’est pas la même odeur, les mêmes sons qui frappent l’apiculteur. S’il heurte la paroi d’une ruche malade, au lieu de la réponse habi-