Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol11.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

Nicolas, avec un sourire qui ne quittait pas son visage, un peu penché sur sa chaise, était assis très près de la blonde et lui débitait des compliments mythologiques.

En changeant souvent ses jambes de place, en répandant autour de lui l’odeur de parfumerie, en admirant et sa danseuse et lui-même et la forme de ses jambes, Nicolas disait à la blonde qu’ici, à Voronèje, il voulait enlever une dame.

— Laquelle ?

— Charmante, divine… Les yeux bleus (Nicolas regardait sa voisine), la bouche de corail, la blancheur… — il regardait les épaules — la taille — C’est Diane.

Le mari s’approcha d’eux et, l’air sombre, demanda à la femme ce qu’ils disaient.

— Ah ! Nikita Ivanitch ! fit Nicolas en se levant poliment. Et comme s’il désirait que Nikita Ivanitch