Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du projet, désireront se voir appliquer l’article 28 et diront, avec beaucoup de raison, que la majorité des habitants est pauvre. (La pauvreté, surtout en matière d’argent, est, on le sait, la condition générale de la masse des paysans russes.) Qui aura le droit de définir à quelles communes pourra s’appliquer l’article 28, laquelle avant, laquelle après ? Sur qui et sur quoi se basera-t-on pour résoudre de pareilles questions ? Le projet ne nous dit rien, et ces questions, selon nous, se poseront partout.

L’article 29 répète encore une fois que la commune a le droit de faire faire les portes de l’école à droite ou à gauche, de faire faire les bancs en sapin ou en chêne, et même de ne pas se gêner pour les moyens d’acquisition. C’est-à-dire qu’elles ont entièrement le droit d’acheter ou de bâtir avec leur propre bois.

Seul l’article 30, qui promet de prendre des mesures pour obtenir des manuels moins coûteux, a toute notre sympathie.

Les articles 31, 32 et 33, à proprement dire n’ont pas rapport à la création des écoles de villages mais traitent la question de la formation du capital pour les écoles de toute la province, et nous ne pouvons pas admettre l’utilité de la mesure qui prive les communes d’une certaine partie des moyens et les transmettent aux mains du gouvernement afin que ces moyens soient employés de