Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/515

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enfants, traduit par Tseytline et Jaubert et édité chez Albert Savine.

Le troisième article du présent volume des œuvres complètes de Tolstoï : Le projet du plan général de la création des écoles populaires, paraît en français pour la première fois.

Paul Birukov.

III


LA VIE D’UNE FEMME DE SOLDAT


Récit d’un paysan.


Nous étions très pauvres, et demeurions au bout du village. J’avais ma mère, une sœur aînée et ma grand’mère. Grand’mère portait une vieille camisole, une jupe, et couvrait sa tête d’un morceau de chiffon. Grand’mère m’aimait et me gâtait plus que maman. Mon père était soldat. On racontait de lui qu’il s’enivrait et avait été renvoyé au régiment à cause de cela. Je me rappelle, comme dans un rêve, qu’il venait chez nous passer quelques jours. Notre isba était très étroite ; au milieu, il y avait une perche d’étayage ; je me rappelle qu’une fois, je grimpai sur cette perche, tombai et m’ouvris le front sur le banc ; on voit encore la marque. Dans l’isba, il y avait deux petites fenêtres, l’une était toujours bourrée de guenilles. Notre cour était petite et ouverte ; une vieille auge était au milieu ; dans la cour, il n’y avait qu’un vieux petit cheval. Nous n’avions pas de vache, seulement deux chèvres maigres et un petit chevreau. Je couchais toujours avec le chevreau.