Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE

PRISONNIER DU CAUCASE




I


Un gentilhomme servait dans l’armée du Caucase. Il se nommait Jiline.

Un jour, il reçut une lettre de chez lui. Sa vieille mère lui écrivait : « Je suis déjà vieille, et, avant de mourir, je voudrais revoir mon petit fils chéri. Viens me faire tes adieux, m’enterrer et, après, avec l’aide de Dieu, tu retourneras à ton service. Je t’ai trouvé une fiancée. Elle est intelligente, bonne, et elle a un domaine ; si elle te plaît, tu pourras te marier et rester tout à fait avec nous. »

Jiline réfléchit :

— « En effet, ma vieille mère décline… Peut-être