Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’adoptent et jettent leurs bonnets par-dessus les moulins. Mais il y a manière et manière.

— Oui, mais quelles sont ses relations avec Kaloujsky ?

Betsy, ce qui lui arrivait rarement, fut prise d’un accès de franche hilarité.

— Vous empiétez sur le domaine de la princesse Miagkaïa. C’est une question d’enfant terrible que vous me posez là.

Et Betsy, ne pouvant se retenir, s’abandonnait à ce rire contagieux des gens qui rient rarement.

— Il faut le leur demander, prononça-t-elle en riant aux larmes.

— Non, vous riez ! dit Anna, gagnée aussi malgré elle par cet accès d’hilarité. Mais je n’ai jamais pu comprendre quel était, dans tout cela, le rôle du mari.

— Le rôle du mari ? Le mari de Lisa Merkalova porte toujours son plaid derrière elle et se tient sans cesse prêt à son service. Quel est le fin mot de tout cela ? personne ne veut même le savoir. Il y a certains détails de toilette dont on affecte de ne pas parler dans la bonne société, auxquels même on ne veut pas penser. Il y a, à mon avis, une grande analogie entre ces détails et la question que vous me posez.

— Irez-vous à la fête des Rolandaki ? demanda Anna pour changer la conversation.

— Je ne pense pas, répondit Betsy.